FAKARAVA




Vendredi 26 Octobre 2018

Rapidement hier soir, le Boréal a doublé la pointe nord de Tahiti pour mettre le cap vers un des atolls du vaste archipel des Tuamotu : l'atoll de Fakarava, éloigné de 250 milles nautiques (460 km). Une nuit et une demi-journée sont nécessaires pour couvrir cette distance.
Début de journée dans le Pacifique


 



Reflets
Les atolls sont des formations coralliennes en forme d'anneau, émergeant à peine de la mer et sur lesquelles poussent nombre de cocotiers. Basses sur l'eau, ces îles sont peu visibles.

En vue de Fakarava

Néanmoins vers 11h00, l'atoll de Fakarava est en vue. Le Boréal franchit une large passe et termine sa navigation dans les eaux cristallines du lagon et mouille au large d'un petit groupe d'habitations.
A Fakarava

Nous débarquons en début d'après-midi et sommes accueillis par un petit groupe de percussionnistes et une vahiné qui nous remet le traditionnel collier de fleurs. Tradition oblige !



Ensuite, impossible de résister à une eau turquoise à 26°C…


Ensuite, impossible de résister à une eau turquoise à 26°C…


Fin d'après-midi, le Boréal reprend sa route à travers le lagon alors que le soleil se couche alors que la passe est à peine franchie.

EMBARQUEMENT A PAPEETE


Jeudi 25 Octobre 2018

Journée de transition balisée par le check-out de l'hôtel et le check-in en fin d'après-midi sur le Boréal et entre deux, ramener la voiture de location à l'aéroport. Et puis, chose incontournable, il reste encore quelques courses à terminer en ville…

En revenant le matin à Papeete, nous sommes rassurés en constatant que notre bateau est bien amarré au bon quai.

Le Boréal au quai de Papeete
Ces quelques heures permettent d'admirer une exposition dans les locaux de l'Assemblée de Polynésie consacrée à l'artisanat des Îles Australes (pas les Australes des T.A.A.F., mais les Australes de Polynésie situées à 800 km au sud de Tahiti). L'activité principale de ces îles est le tressage. Sont donc proposés par des femmes qui travaillent sur place, quantité de jolis objets réalisés avec soin.


Travaux de tressage au coeur de l'exposition
 

Mais la palme revient à un stand entier exposant de nombreux chapeaux féminins tous aussi raffinés les uns que les autres avec un souci du détail et de la précision étonnant. Ce n'est plus du tressage, mais de l'orfèvrerie végétale. Du grand art !




Pour le coup d'œil, un tour au marché de Papeete s'impose naturellement.




Au marché de Papeete
Arrive enfin l'heure de l'embarquement avec tout le cérémonial qui va avec, les musiciens sur le quai, le Commandant en haut de la coupée, avant de passer aux formalités d'enregistrement, la mise à disposition de la cabine, la réunion d'information et l'exercice d'abandon  obligatoire du navire.



19h00, il fait nuit noire lorsque le Boréal s'éloigne du quai dans un long coup de sirène puis manœuvre dans le port avant de mettre le cap au nord-est.


La croisière peut alors commencer.

TAHITI NUI, TAHITI ITI

Mardi 23 et Mercredi 24 Octobre 2018

Notre hôtel est situé à l'ouest de Papeete, à proximité immédiate de deux sites qui ont marqué l'histoire de grandes explorations maritimes du 18ème siècle et aussi de Tahiti. Les navigateurs Wallis, Bougainville, Cook et Bligh (à bord du HMS Bounty), ont fait escale dans la baie de Matavai ou sous le vent de la pointe Vénus bien avant la fondation de Papeete.

Tahiti - La plage de l'hôtel au pied de la pointe Matavai
La pointe Vénus marque le nord de Tahiti
Stèle à la mémoire de l'expédition de Cook ayant observé le passage de la planète Vénus
Le phare de la pointe Vénus édifié en 1887

L'île de Moorea, face à Papeete, toujours sous son nuage
Nous entamons la découverte du nord-est de Tahiti en empruntant une route sinuant entre des reliefs escarpés et une côte battue par le vent et les vagues. Quelques jolies cascades ponctuent le trajet.
Côte nord-est de Tahiti
 


Tahiti est en réalité composée de deux îles (Tahiti Nui, la plus grande et Tahiti Iti, la plus petite), reliées par un isthme étroit. Nous poursuivons la balade jusqu'à Tautira, à l'extrémité d'une route en impasse. Le relief de Tahiti Iti est tellement compliqué qu'il a été impossible de construire une route de ceinture.

Tahiti Iti vue depuis Tautira
Nous pouvons néanmoins accéder au belvédère de Taravao au cœur d'une région d'élevage qui pourrait localement ressembler à… l'Auvergne. On est ici loin des paysages tropicaux, étonnant !

Vues depuis le belvédère de Taravao
Le lendemain, nous suivons la route côtière vers le sud-ouest. L'agglomération de Papeete laisse progressivement la place à la nature exubérante, colorée et luxuriante. La route traverse un véritable parc végétal. Magnifique !

Côte sud-ouest de Tahiti - L'entrée de la grotte de Mara'a
Illusion d'optique à Mara'a - Le fond de la grotte est à 80 mètres de l'entrée
C'était compter sans la pluie qui vers midi nous a bien gâché la balade. En arrivant à Teahupoo (Tahiti Iti), c'est à peine si nous avons pu apercevoir "LA" vague déferler sur le récif, une vague impressionnante et dangereuse, connue de tous les surfers du monde entier.
Teahupoo sous la pluie
Le circuit s'achève par un détour vers Arahurahu, un site cérémoniel restauré au cœur d'une large vallée verdoyante, gardé par deux tikis, nous donnant ainsi un avant goût de ce qui nous attend à l'île de Pâques dans quelques jours.

Site de Arahuahu gardé par ses deux tikis
 


Et bien sûr, le soleil a de nouveau brillé alors que nous revenions à Papeete !





































VERS TAHITI


Dimanche 21 Octobre 2018

Beau temps général et chaleur sur la France et même sur la terrasse de l'aéroport d'Orly d'où nous pouvons surveiller l'avion qui nous emmènera vers la Polynésie. Décollage presqu'à l'heure à 19h00.

Dans le soir soir qui tombe, survol de la région parisienne

Puis la côte sud de l'Angleterre : la pointe de Beachy Head

11 heures de vol jusqu'à San Francisco où nous avons pu goûter aux joies des tracasseries de l'Immigration et de la Douane U.S. puis encore 8 heures de vol jusqu'à Papeete où nous atterrissons avec un quart d'heure d'avance à 04h30.


Comité d'accueil polynésien à 04h30 à l'aéroport : faut le faire !

Après avoir pris en main une voiture de location, nous rejoignons l’hôtel. Tout le reste de la journée, nous barbotons dans la piscine pour tenter de garder les idées claires et encaisser 12 heures de décalage horaire.
 

Et demain sera un autre jour...