AU COEUR DE L'OCEAN INDIEN (2/2)



Lundi 17 Avril 2017 - 27ème Jour



Imperturbablement, le Marion Dufresne poursuit sa route au 310 à 15 nœuds (soit vers le nord-ouest à 27 km/h). La température augmente régulièrement : 25°C, et celle de la mer aussi : 27°C.


Ce matin, un premier groupe de touristes est convié à visiter les machines. Cette visite avait été demandée à de multiples reprises par plusieurs d'entre nous que le sujet intéressait. En profitant d'une mer calme, c'est donc sous la conduite du chef-mécanicien lui-même que nous descendons dans les coins les plus secrets du navire.

Nous pénétrons prudemment dans le royaume de la mécanique et de l'électricité, un monde semé d'embuches, confiné, bruyant et obscur. Dans le PC machines, le chef nous explique que le navire est propulsé par 2 hélices de quatre mètres de diamètre entrainées par deux moteurs électriques eux-mêmes alimentés par des groupes électrogènes.


Salle des machines du Marion Dufresne - L'un des deux groupes électrogène



Arbre d'hélice
Le chef-mécanicien n'est pas avare d'explications et il nous entraine ensuite dans un dédale de cheminements étroits, d'échelles ou d'escaliers très raides pour que nous puissions examiner chacun des appareils ou auxiliaires divers indispensables au fonctionnement complet du bateau en matière d'électricité, d'eau, de chaleur, de ventilation, de protection incendie, etc, etc… Une véritable usine dans un faible espace !


Machinerie d'un gouvernail
Le chef nous emmène ensuite à travers les immenses cales du Marion servant au stockage du fret et du matériel indispensables aux îles. De l'arrière vers l'avant, cette visite très complète a duré une heure trois-quarts. Le retour au grand jour sur le pont principal est comme un choc en retrouvant la lumière, le grand air et un silence relatif !


Vues partielles des cales


14h30, le Marion franchit le Tropique du Capricorne par 23°27' sud. Le tropique est une ligne fictive parallèle à l'Equateur où le soleil est au zénith le jour du solstice le 21 décembre. Aucune cérémonie à bord pour fêter l'évènement. Dommage, cela aurait bien mérité un coup de rhum ! Heureusement, on a pu se rattraper dans la soirée !


16h30, encore une grosse séance de tamponnage aujourd'hui. Avec une journée d'avance, les passagers se réunissent au PC Sciences pour oblitérer les enveloppes qui seront affranchies après-demain sur l'île de Tromelin. C'est devenu un rituel auquel chacun est maintenant bien rôdé.



Depuis que nous naviguons sous les tropiques, le pont supérieur est devenu un lieu de rendez-vous incontournable en début de soirée. Sous des températures de plus en plus agréables, chacun vient ici guetter l'arrivée du crépuscule, admirer le ciel ou espérer voir le soleil disparaitre dans la mer. C'est l'heure où l'esprit s'évade dans l'immensité du grand large…


Fin d'après-midi dans l'océan Indien
Ce soir, apéritif au Forum offert par les T.A.A.F. et Mme le Secrétaire Général à l'ensemble de l'équipage et des passagers. Autour du bar, les visages des participants sont sérieux. Mme le Secrétaire entame le discours d'usage et, à travers le son de sa voix, une émotion maîtrisée est perceptible. Ce soir, c'est elle qui est en première ligne pour évoquer devant nous tous le changement d'armateur décidé par les T.A.A.F. Avec diplomatie, elle coupe court à toutes sortes d'informations diffusées par "Radio Coursive" depuis quelques jours. Rude épreuve pour elle ! Néanmoins, à mesure qu'elle parle, les visages se détendent et son discours se conclut sous les applaudissements. L'apéritif était là pour déminer le terrain et arrondir les angles, ce qui a été apprécié de tous.


Le Forum, lieu incontournable des débuts de soirée


26°5 C sur la terrasse extérieure ce soir. Encore un long moment passé sous les étoiles !




Mardi 18 Avril 2017 - 28ème Jour


Dans sa route vers Tromelin, le Marion Dufresne fait un léger détour pour "frôler" ce matin l'île de la Réunion. Le bateau navigue parallèlement à la côte alors que le jour commence à se lever. Les lumières des agglomérations se détachent de la masse sombre de l'île. Puis à 06h00, le ciel s'embrase au soleil levant. Beau spectacle que nous sommes déjà nombreux à admirer malgré l'heure matinale.


L'île de la Réunion au lever du jour
 


Beaucoup de passagers sont accoudés au bastingage, à commencer par les employés réunionnais qui aperçoivent, après plusieurs semaines ou mois d'éloignement, leur terre avec une excitation non dissimulée. Mais pour débarquer il va falloir encore patienter trois jours puisque le Marion ne reste sur rade que quelques heures. Bien sûr, tous les portables ou smartphones du bord commencent à chauffer, les derniers contacts avec les familles, réunionnaises ou métropolitaines, remontent à quatre semaines : ça sonne partout, les mails et les SMS stockés depuis longtemps arrivent par rafales.

Cet arrêt du Marion au large du port Ouest de la Réunion permet juste, en quelques rotations d'hélico, de compléter le fret et d'embarquer une personne à destination de Tromelin.


Position du Marion sur rade, face au port Ouest de la Réunion


Relief réunionnais


10h00, le Marion Dufresne remet en route vers le nord. Lentement, les sommets de la Réunion s'estompent dans le sillage.



En route vers Tromelin
La navigation s'annonce paisible pour le reste de la journée, à part un violent grain venu brutalement de nulle part. A 14h00, le Marion Dufresne franchit le 20ème parallèle sud. On se rapproche de l'Equateur !

En fin d'après-midi le ciel se charge de gros nuages noirs, des grains se succèdent à l'horizon. Il n'y aura pas de coucher de soleil ce soir. Mais en début de nuit, tout se dégage. Sur le pont supérieur, la température est de nouveau agréable pour une soirée propice à l'observation des étoiles. Bien que nous naviguions dans l'hémisphère sud, la Grande Ourse est parfaitement visible sur l'avant du bateau, mais sous un angle inhabituel et très basse sur l'horizon. Sur bâbord, on distingue nettement Sirius puis le Baudrier d'Orion, qui avec ses trois étoiles parfaitement alignées, plonge déjà dans l'océan. Sur l'arrière, la Croix du Sud est très haute dans le ciel.

Dans la nuit, les feux d'un cargo semblent glisser sur l'eau vers une destination mystérieuse…


1 commentaire:

  1. Tromelin, le petit supplément nécessaire pour prendre conscience de la fin de cette aventure !
    J'imagine ton soulagement lorsque le Marion s'est éloigné de la Réunion pour quelques jours de plus.

    RépondreSupprimer