VOL DE NUIT

Jeudi 20 Novembre 2014

Il y a loin de la théorie à la réalité, surtout quand c'est pour aller en Polynésie, où les notions de temps ou de distances prennent des dimensions inhabituelles.

Dans sa route vers l'ouest, notre avion a volé après le temps sans jamais pouvoir le rattraper vraiment. Et en décollant de Roissy à 18h00, c'est vol de nuit pendant toute la durée du voyage, soit 23 heures consécutives. Le "détour" par le Grand Nord (où il fait toujours nuit à cette période de l'année), a fait que nous n'avons jamais pu retrouver la lumière du jour, y compris pour l'escale de Los Angeles à 20h00 locales. Même chose ensuite, jusqu'à Tahiti.
 
 
 
 
L'Airbus a ainsi été mis en mode nuit dès le départ et la cabine est restée obscure jusqu'à l'arrivée. Et une cabine d'avion en configuration sommeil, ça manque de distractions ! La majorité des passagers s'assoupissent, affalés dans leurs fauteuils, enroulés dans les couvertures, bouche ouverte et masque de sommeil sur les yeux. Pas très glamour comme vision d'ensemble !

Sans lumière, difficile de s'occuper. Il ne reste plus qu'à se mettre en veille prolongée, physique, intellectuelle et mentale pour tenir le coup et attendre que cela passe puisqu'il n'y a rien d'autre à faire.

La descente vers Papeete et le lever simultané du jour à 05h00 ont été un véritable soulagement marquant le terme de cette première partie de voyage.

Seulement voilà, en quelques heures tout a été bouleversé depuis Paris. Malgré 23h00 de vol, nous ne sommes ici, que le lendemain matin du départ. C'est l'hémisphère sud, c'est l'été, il fait déjà 25°C à 05h00 ! Et finalement, nous n'avons pas tout suivi au même rythme…

Il ne nous reste plus qu'à accorder notre horloge interne à l'heure locale (11h00 à compenser). Il y a un moment de flottement incertain où le corps et l'esprit voudraient s'octroyer un peu de sommeil, en contradiction avec la même horloge interne qui poursuit à son rythme habituel… Dilemme !

Alors, pour conserver un peu de lucidité, rien de tel que de se rafraîchir les idées dans la piscine de l'hôtel. Malgré nos esprits encore embrumés, trois heures après être descendus de l'avion, ce bain dans la piscine à débordement dominant la mer avec l'île de Moorea en arrière-plan, cela a été un grand moment de volupté !
 
Méthode de compensation du décalage horaire
Bienvenue à Papeete - Maeva !

1 commentaire:

  1. Et bah, une piscine de rêve sans oublier le magnifique paysage !
    On vous envie !

    RépondreSupprimer