PUNTA ARENAS

Mercredi 07 Décembre 2011

Le MS FRAM est en escale pour la journée à Punta Arenas (Chili), qui revendique le statut d’agglomération la plus australe du Monde. Ici, (comme en Norvège pour les mêmes raisons) on est toujours le plus au sud de quelque chose d’autre. Et la rivalité entre Ushuaia en Argentine, Punta Arenas et Puerto Williams au Chili ne semble pas être une légende. Alors,  les chiliens revendiquent  le titre de l’agglomération et du village le plus au sud et les argentins briguent le titre de ville la plus australe, et tout le monde est content…
No comment !

Alors que plusieurs groupes de passagers sont partis vers différentes excursions dans la région de Magalanes (Magellan), nous avons choisi de visiter les hauts lieux de Punta Arenas.

La ville s’étage en pente douce depuis la mer. Des rues trop larges qui se croisent à angle droit sont bordées de constructions disparates allant de l’immeuble de style alternant avec des maisons basses en bois et tôle ondulée. Aucune homogénéité et pourtant l’ensemble n’est pas sans charme. Peut-être est-ce purement subjectif, mais il s’en dégage vraiment  une impression de bout du monde. Ici, ce n’est pas le far west, mais le far south…

Jusqu’à l’ouverture du canal de Panama, ce port connaissait une grosse activité grâce aux escales des grands voiliers ou des cargos qui s’y ravitaillaient. Si depuis, la ville a perdu de sa superbe, elle reste active. Les rues sont bordées de boutiques d’un autre âge qui n’ont pas donné à Nelly l’envie d’y entrer. C’est dire !

Le centre névralgique est la plaza de Armas, entourée de grands arbres sombres. En son centre, trône une statue démesurée de Magellan, célèbre navigateur portugais qui a donné son nom à cette région qu’il a été le premier à découvrir en 1520. De sa statue de bronze, le-dit Magellan domine impérialement un malheureux indien désabusé. La symbolique de l’œuvre parait plutôt douteuse. Comme de nombreux touristes nous avons continué à polir le pied de l’indien pour être sûrs de revenir un jour à Punta Arenas.
Punta Arenas - Plaza de Armas – La statue monumentale de Magellan

Une courte montée nous a permis d’atteindre le promontoire de Cerro de la Cruz, d’où l’on a une vue dégagée sur les toits multicolores de la ville et sur le détroit. Un belvédère bien exposé, en prise directe avec le vent du nord qui griffe le visage. Heureusement, c’est bientôt l’été !
Punta Arenas - La tombe de l’Indien Inconnu dans le cimetière municipal

Autre incontournable, le cimetière. Tous les riches exploitants d’haciendas, les gloires locales ou les immigrants ayant fait fortune, sont rassemblés ici dans un délire architectural… post mortem : des chapelles énormes, dont quelques unes sont surmontées de clochers ou de grandes statues. Tout cela est très entretenu et une armée de maçons ou de peintres entretient l’ensemble en permanence. Le petit peuple, lui, est logé et empilé dans des cases contre un mur au fond du cimetière. L’indien inconnu a quand même droit à son cénotaphe, et vu le nombre d’ex-voto, il semble faire l’objet d’une grande vénération.

Le pied de l’indien tiendra-t-il ses promesses, pour que nous puissions revenir un jour en Patagonie ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire